Le Cèdre de l’Atlas, gardien majestueux de l’entrée Est du Parc de la Pointe va bientôt nous quitter.
Agé probablement de presque 140 ans, il fût planté par la famille du Général Giuseppe Garibaldi, à l’origine d’un vaste arboretum dont une partie est devenue le Parc que nous connaissons aujourd’hui.

Tout au long de son existence, cet arbre a fait face à de nombreuses intempéries : foudre, tempêtes, etc. Chacune a laissé des cicatrices plus ou moins profondes. La pose de deux aubans et d’un câblage a son sommet ont permis – en retenant mécaniquement la structure du végétal – de prolonger sa vie de quelques années, tout en sécurisant les alentours. Actuellement, le Cèdre atteint presque 15 mètres de haut et la circonférence de son tronc dépasse les 6 mètres.

Cependant, les divers soins qui lui ont été prodigués ne suffisent plus. Le parc sera bientôt orphelin. En effet, même si l’abattage du Cèdre est douloureux tant pour la mémoire de la commune que pour sa superbe il s’avère nécessaire car il en va de la sécurité des usagers du Parc.

Il est du ressort du maire d’assurer la sécurité publique c’est pourquoi il a été décidé de procéder à la réalisation d’un diagnostic phytosanitaire de l’arbre.

Geoffroy Iché, expert arboricole de la société Arbor’xpert a longuement examiné le Cèdre. Il nous explique :

« L’arbre est dans un état physiologique dangereux car il présente une grosse cavité dans son tronc et de multiples blessures au niveau des charpentières et des branches.
J’ai pu constater que ce Cèdre de l’Atlas a subi une perte traumatique dû à la foudre. Ce dernier a également de très mauvais bourrelets cicatriciels.
Après sondage à l’aide du Résistographe, j’ai remarqué que la PRBS (Paroi Résiduelle de Bois Sain) n’est pas suffisante pour le conserver.
En effet, elle est de 9 à 17 centimètres maximum pour un tronc de 2 mètres de diamètre. Afin d’être acceptable, la PRBS d’un sujet doit être supérieur à 1 tiers du diamètre total.
Au vu de la dangerosité du sujet, je recommande un abattage par démontage. »

 

Ci-dessus un schéma qui permet de comprendre à quel point la proportion du tronc restant est insuffisante pour soutenir l’arbre tout entier.

Depuis l’expertise, réalisée le 20 juillet 2021, un périmètre de sécurité a été mis en place dans un rayon de 20 mètres autour du Cèdre.
Ce dernier sera abattu par une équipe spécialisée d’ici la fin du mois d’août.

Le bois de cèdre est imputrescible. C’est pourquoi il est utilisé depuis l’Antiquité pour réaliser des coques de navires, des coffrets précieux et même des sarcophages !
La municipalité envisage d’offrir une seconde vie au Cèdre du Parc de la Pointe. Plusieurs options sont à l’étude : transformation du bois en une œuvre artistique, broyage des branches pour réaliser du paillage, etc.
Dans le cadre la gestion durable de son territoire, la Ville de Lespinasse procèdera – le moment venu – à de nouvelles plantations sur l’espace laissé vacant par cet arbre remarquable.

 

Pin It on Pinterest